De nouvelles licences IGaming délivrées par les Philippines

    Partager :
De nouvelles licences IGaming délivrées par les Philippines

L’organisme de réglementation public Philippine Amusement and Gaming Corporation (PAGCor) est récemment entré dans l’actualité. Elle aurait attribué des licences IGaming à un couple d’opérateurs de jeux en ligne. Cela intervient moins d’une semaine après la mise en place d’un gel temporaire du traitement des nouvelles certifications. Et ce en dépit des pressions Chinoises sur les philippines afin d’interdire les jeux en ligne.

drapeau philippinesLa décision a été annoncée par un haut responsable du département des licences du régulateur. Selon un rapport, PAGCor a maintenant distribué une soixantaine d’opérateurs philippins de jeux offshore (POGO). Bien que parmi eux, seuls 48 de ces certifications ne soient vraiment actifs. La décision a été prise vendredi par Victor Padilla au cours d’une réunion du comité de crédit de la chambre des représentants.

Les jeux d’argent en ligne pas tout à fait gelés ?

Depuis les pressions chinoises exercées sur les philippines concernant les jeux d’argent en ligne, un gel provisoire a été annoncé.  Le régulateur PAGCor aurait expliqué qu’il y avait trois entreprises qui attendaient encore que leurs licences POGO soient approuvées.

Pressions chinoises :

La Chine porte une grande responsabilité dans la décision de gel de la délivrance de licences d’iGaming. Bejing ont convaincu les Philippines que de type d’entreprises ciblaient les acteurs chinois de manière illégale. Les autorités chinoises seraient particulièrement troublées par la fourniture de “paris par procuration“. Les parieurs utilisent des diffusions en direct ou des téléphones portables pour jouer en temps réel dans des casinos terrestres.

Le régulateur se justifie :

Afin de justifier la délivrance récente de cette licence, Padilla a une explication très simple à fournir. Déclarant que les licences POGO interdisent aux opérateurs de diffuser « dans tout pays interdisant les jeux en ligne ». S’adressant aux législateurs, il ajoute que les joueurs chinois n’accèdent pas toujours à des sites certifiés via les sites chinois.

Pekin resserre l’étau

De telles explications n’impressionnent apparemment pas Pékin. La semaine dernière, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a réagi. Il a exhorté les Philippines à “interdire tous les jeux en ligne”. Afin que les deux pays “luttent ensemble contre les activités criminelles, notamment les jeux d’argent en ligne et la cybercriminalité“. Suite à cet appel, un sommet entre les dirigeants des deux pays a été organisé cette semaine. Le Cambodge a appuyé l’opinion de la Chine et souhaite cesser le renouvellement de ses licences de jeu en ligne.

president de philippinesLe jeu est illégal en Chine. Seules les loteries gérées par l’Etat font exception. Il est également illégal pour les POGO de cibler les Philippins du moins théoriquement. Et aussi de proposer aux joueurs d’autres pays où le jeu est interdit, ce qui, selon Padilla, n’a pas lieu.

Cibler les ex-pats ?

Quelque 100 000 ressortissants chinois sont venus travailler dans l’industrie du POGO au cours des trois dernières années. Notamment pour répondre à ses besoins en mandarin selon M. Padilla. Peut-être que cette industrie visait les expatriés chinois.

« Nous sommes certains que beaucoup de joueurs sont chinois. Car nous savons tous qu’il y a beaucoup de Chinois dans le monde […] Je pense que dans leur culture, ils aiment jouer aux jeux. Les joueurs sont chinois certes, ils ne viennent pas automatiquement tous de Chine. Les joueurs sont principalement chinois. Mais nous ne savons pas si, en fait, ils sont tous originaires de Chine ».

Padilla a également rejeté les plaintes de l’ambassade de Chine. Selon lesquelles, dans certains cas, ses citoyens avaient été attirés aux Philippines pour travailler illégalement. Ils auraient utilisé des visas touristiques. Ils auraient ensuite été soumis à l’extorsion, à la séquestration. Et à des violences physiques dans des conditions « analogues à l’esclavage moderne ».

« Ils prétendent travailler comme des esclaves. On leur a promis cinq repas par jour, mais on ne leur fournit que trois repas », a-t-il déclaré. « Malgré leurs griefs, ils ne retournent apparemment pas dans leur pays d’origine. Car il n’y a apparemment pas de travail pour eux là-bas.”

Duterte rencontre Xi Jinping

Mais PAGCOR était suffisamment préoccupé par les bruits venant de Pékin. Assez pour annoncer qu’aucune nouvelle licence ne serait octroyée tant que le souci n’aura pas été résolu.

Le président Rodrigo Duterte devait rencontrer son homologue chinois, le président Xi Jinping, plus tard ce mois-ci, et que les jeux d’argent transfrontaliers figureraient en tête de l’ordre du jour.

Le président Duterte, est un homme fort. Il est arrivé au pouvoir en donnant des coups de poing à l’industrie des jeux en ligne des Philippines. Mais maintenant qu’il ne cible que les étrangers, son administration est heureuse de laisser l’argent entrer.

drapeau chinoisEt c’est une grosse affaire pour les Philippines. Le gouvernement a perçu 140 millions de dollars de droits de licence annuels rien que l’année dernière. Et a déclaré qu’il espérait récolter 117 millions de dollars d’impôts supplémentaires.

Une rencontre attendue

Les responsables du palais ont déclaré s’attendre à des résultats très fructueux des pourparlers entre M. Xi et M. Duterte. Le porte-parole de la présidence Salvador Panelo s’est exprimé sur le sujet.

“Selon le gouvernement chinois, nous sommes censés être amis. Ainsi, tout problème peut être soulevé là-bas en tant qu’amis », a déclaré Panelo.

Le président Duterte devrait notamment aborder le sujet sensible de la décision arbitrale. Et soulèverait la question des opérateurs de jeux offshore philippins (Pogo) et de la prolifération de ressortissants chinois.

Mercredi, le président a admis qu’on lui aurait déconseillé de parler de la décision arbitrale. Celle qui favorisait les revendications de Manille dans le différend sur la mer de Chine méridionale.

“Alors, que cela vous plaise ou non, cela vous rendra heureux ou non, en colère ou autrement, je suis désolé. Mais nous devons parler de la décision arbitrale », a déclaré le président.

Padilla a indiqué qu’il existe actuellement 60 POGO sous licence, dont 48 sont actifs.

CommentAIREs (0)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *