Gibraltar : menacé par le Brexit ?

Le vote des anglais pour la sortie du Royaume-Unis de l’Union Européenne (UE) a semé l’inquiétude sur Gibraltar. Depuis le vote favorable à la sortie de l’UE le 23 juin 2016, les opérateurs de casino en ligne suivent le feuilleton du Brexit avec attention. Déjà quatre ans que le processus de sortie a été lancé et le Brexit est toujours au point mort. Mieux, la population a signé une pétition d’un nouveau référendum ou le « rester dans l’UE » gagnerait cette fois-ci. Un changement de donne hautement profitable au monde du jeu en ligne. 

Brexit-RouletteLe 23 juin 2016 est une date historique pour le Royaume-Unis. David Cameron, à l’époque premier ministre du Royaume-Unis déclare un nouveau référendum. Le sujet : Pour ou contre rester dans l’Union Européenne ? le résultat des votes est sans équivoque : le Royaume-Unis divorce.

Mais quatre ans après, la sortie de l’UE ne s’opère pas exactement comme prévu. David Cameron démissionne laissant place à Theresa May. Celle-ci aura tenté de faire passer son accord de sortie au forceps à deux reprises avant que les députés la mettent en déroute. Les députés du parlement britannique ont même fait jouer la loi pour fortifier leur pouvoir décisionnel au détriment de la première ministre. Sur la table, plusieurs options se disputent la place. Mettre en place un nouveau référendum ? voter pour un marché unique ou tout simplement abandonner la sortie de l’Euro. Tout dépend de la politique à mener.

Rester ou faire marche arrière pour le jeu en ligne ?

Rester dans l’Union Européenne, il est vrai que cette affaire arrangerait bien Gibraltar. Devenu la plaque tournante de l’Igaming depuis 10 à 15 ans, le Brexit représente une menace. Gibraltar est entré dans l’Union Européenne en 1973 en tant que terre britannique. Gibraltar bénéficie grâce à son affiliation à la couronne britannique, d’un bon nombre d’avantages. Ce territoire d’outre-mer dispose tout d’abord d’un statut de membre de l’UE à part entière. Et d’1% de taux d’import sur les sociétés. Un taux faible, très avantageux que Gibraltar compte bien conserver. Les discussions chaotiques et les mésententes au sein du parlement Européen ne fait que rassurer Gibraltar.

Gibraltar VueAvec sa surface minuscule de 6 500 kilomètre carrés, impossible de penser que près de 30 sociétés de jeux en ligne y sont basées. Sur les 30 000 résidents de ce territoire britannique, près de 4000 sont employés dans l’industrie du jeu en ligne. Un possible retrait du Royaume-Unis de l’UE menacerait indirectement 1000 emplois. Un gros coup dur pour la Gibraltar Gaming Authority qui est une institution dès plus réputées dans le milieu. Les licences attribuées par Gibraltar aux organismes de jeu en ligne, font partie des plus difficiles à obtenir. Pour en détenir une, le casino en ligne doit montrer patte blanche et se plier aux règles et conditions ultra strictes.

Une rupture avec l’Europe pourrait donc fortement affecter les activités commerciales des jeux d’argents.

Miser sur un échec du processus

Face aux préoccupations, somme toute, fondées de la part des opérateurs de casinos en ligne la Gibraltar Betting and Gaming Association (GBGA) tente de rassurer. Cette association professionnelle représentant le secteur du jeu en ligne s’était engagé immédiatement après le vote. Elle fera respecter le maintient des conditions des conditions de fonctionnement actuelles des jeux de loterie et d’argent de l’industrie du jeu en ligne.

Autre fait rassurant, depuis le vote du référendum en faveur de la sortie de l’Union Européenne, aucune modification a été apportée dans ce secteur. Tant sur le plan juridique que politique. Les activités liées au jeu à Gibraltar sont restées intactes jusqu’à présent.

Des difficultés frontalières

Gibraltar MapGibraltar est un territoire britannique d’outre-mer situé au sud de la péninsule ibérique. Le détroit de Gibraltar relie la mer méditerranée à l’océan atlantique. Situé tout au sud de l’Espagne, près de 10 000 espagnols se rendent quotidiennement de l’autre côté de la frontière pour aller travailler. Parmi eux des employées des sociétés de Igaming. Une situation qui ne posait jusqu’ici absolument aucun problème. Elle s’apparente à celle des Français vivant au Sud-Ouest du pays qui se rendent chaque jour en Suisse dans le cadre de leur travail.

Qu’adviendra-t-il aux résidents espagnols s’ils ne peuvent plus se rendre à Gibraltar pour travailler ?

Jusqu’à présent, Gibraltar fait partie de l’espace Schengen, comme c’est le cas du Royaume-Unis. Cela signifie que les acteurs des pays membres (sociétés, habitants, diplomates etc…) peuvent circuler librement d’un pays à un autre sans nécessité de faire des démarches particulières. Pas de demande de visa à faire, même les passeports sont en général peu requis.

Dans l’hypothèse ou le Brexit a bien lieu, le changement de politique frontalière avec Gibraltar pourrait également affecter sévèrement l’économie du territoire.

Brexit ManifestationEn effet, le durcissement des contrôles frontaliers à Gibraltar compliquerait considérablement le quotidien de ces employés et parmi eux les opérateurs de casino en ligne. De fait, un certain nombre d’entre eux chercheront à immigrer dans des endroits plus favorables à leurs activité. En tête de liste, Malte, qui est aussi un haut lieu du jeu et des paris en ligne et qui par ailleurs fait partie de l’Union Européenne.

Pour contrer cette migration massive, le Ministre des affaires étrangères espagnol à immédiatement réagit après les résultats du vote. En cas de retrait du Royaume-Unis de l’Union Européenne, l’Espagne demanderait à récupérer le contrôle de la zone.

Malte ne s’enchante pas de ce divorce

Malte Clavier EntrerUne potentielle séparation entre le Royaume-Unis et l’Union Européenne ; cela inquiète également l’archipel maltais. Le président de la Malta Gaming Authority se dit contre ce retrait. Le monde du jeu en ligne redoute l’impact économique négatif de ce processus qui agirait de manière ciblée. Lui-même ancien territoire de la couronne anglaise jusqu’en 1964, Malte craint l’incertitude autour de cette rupture. L’inquiétude découle des contours encore flous du retrait et des nouvelles règlementations potentiellement mises en place.

Le processus semble depuis quatre ans, mal engagé et connait de grandes difficultés. De quoi contenter le monde de l’Igaming qui pourrait encore profiter un peu plus du statut spécial dont jouit Gibraltar.

CommentAIREs (0)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *