Le Cambodge serre la vis sur les jeux d’argent en ligne

    Partager :
Le Cambodge serre la vis sur les jeux d’argent en ligne

Une chose est sure, les institutions de jeux d’argent ont du souci à se faire au Cambodge. S’alignant sur la politique restrictive de la Chine concernant les jeux d’argent en ligne, le Cambodge sévit. Le pays se livre à une véritable chasse aux sorcières concernant les jeux d’argent clandestins. Une politique que le pays compte bien appliquer rigoureusement.

Hier, les polices chinoises et cambodgiennes ont procédé à l’arrestation de près de 1000 suspects. Les arrestations ont eu lieu dans le cadre d’une opération conjointe pour lutter contre les jeux d’argent en ligne. Mais aussi contre la fraude par télécommunication et les crimes de gangs selon le Ministère de la santé publique.

Le 30 Août dernier déjà, la police chinoise et cambodgienne, avait mené à bien une première opération au Cambodge. Ils avaient alors arrêté 335 Chinois suspectés d’avoir organisé des jeux d’argent en ligne. Et 155 autres pour fraude par télécommunication. Un grand nombre de locaux d’où se déroulaient ces crimes ont été fermés, selon le ministère.

Chine & Cambodge : partenaires

En mars, la Chine et le Cambodge ont lancé leur première coopération dans un souci d’application de la loi. Leur objectif : combattre les crimes majeurs. Tels que la fraude par télécommunications ou les jeux d’argent illégaux en ligne. Mais encore les crimes liés à la drogue et aux gangs. Dans le but de sauvegarder la stabilité et la sécurité des deux pays.

Le Cambodge suit le mouvement sur les jeux d’argent en ligne

Calqué sur le modèle de politique restrictive de la Chine, le Cambodge aussi décide d’entrer en guerre. La cible : les jeux d’argent en ligne. Le 18 août, le Premier ministre Hun Sen, a publié une directive interdisant les jeux d’argent et d’arcade au Cambodge. Plus précisément, le gouvernement cessera d’émettre de nouvelles licences. De plus, il ne mettra pas à jour les licences actuelles à leur date d’expiration. C’est-à-dire que tous les jeux d’argent en ligne ou d’arcade devraient cesser au Cambodge d’ici août 2020. Plus étonnant, Hun Sen déclare dans un communiqué : « le Cambodge doit développer la base de son pays. Sur la base du tourisme de patrimoine naturel et culturel, mais pas sur les revenus jeu en ligne. “

Cambodge-arrestations-jeu-clandestin-Cambodgearrestationjeuclandestin

Retournement de situation

En bref, le gouvernement s’engage à faire volte-face. Auparavant, le Cambodge était le plus grand partisan du transfert du secteur touristique du pays aux visiteurs chinois. Arrivant souvent pour jouer aux jeux d’argent, aux dépens du marché touristique traditionnel des routards occidentaux. De plus, le gouvernement avait applaudi la transformation de Sihanoukville. Cette ville côtière autrefois très prisée des routards autrefois, s’est aujourd’hui transformée en un Macao du Sud-Est asiatique. Le Cambodge minimisait régulièrement à l’époque les tensions entre la communauté chinoise et la population locale. Notamment lorsque le gouverneur de la province exprimait son inquiétude.

Conséquence de la directive du 18 Aout dernier, le South China Morning Post rapporte qu’environ 10 000 chinois quittent Sihanoukville. Bradley Murg, alors reporter travaillant sur ce sujet surnomme l’événement le « Grand exode chinois de 2019. » 

Les billets pour les vols aller simple vers la Chine sont épuisés et l’aéroport est bondé. À Bavet, à la frontière vietnamienne, les chiffres sont plus difficiles à obtenir. Mais des entretiens avec des responsables locaux et ce qui reste du monde des affaires chinois indiquent que près des deux tiers de la population chinoise sont arrivés à Phnom Penh. Cherchant à obtenir leurs affaires en ordre avant de quitter le pays, a-t-il écrit. “Des sources du troisième centre de jeu en ligne du Cambodge, Poipet, font état de résultats similaires.”

Les raisons du changement de cap

Qu’est-ce qui a conduit Hun Sen à cette volte-face ? Les doigts vont rapidement pointer vers la Chine. Car on pourrait penser que le geste d’Hun Sen a été accueilli par les inquiétudes de Pékin. Son bienfaiteur et maintenant son plus fidèle allié du Cambodge. Le ministère chinois des Affaires étrangères déclare le jeu en ligne de « tumeur la plus dangereuse de la société moderne ». Son ministre de la Sécurité publique a appelé à une solution au « problème transfrontalier du jeu en ligne ». Mais il s’agit de la position d’Hun Sen au Cambodge. Cette décision signifie qu’il sera en mesure d’affirmer que sa décision constitue un « gagnant-gagnant ».

Arrestation-Chine-Cambodge-ArrestationChineCambodge

L’interdiction des jeux de hasard en ligne imposée par le gouvernement a de profondes répercussions. L’important départ des Chinois de Sihanoukville à précipité la baisse des tarifs de location et d’hébergement. Un changement de configuration bien accueilli par les Cambodgiens qui se plaignaient auparavant de l’inflation du cout de la vie. Devenu hors de prix pour certains locaux. En revanche, les services hôteliers et restaurateurs ont affichent une mine renfrognée.

La rapidité de la mise en application de cette directive, passée tout de même à l’Assemblée nationale, aura surpris. Ça a notamment été le cas pour de nombreux propriétaires d’entreprise. De plus, le Cambodge est l’un des gouvernements les plus corrompus d’Asie. De nombreux responsables gouvernementaux doivent avoir dégagé une somme raisonnable du secteur des jeux d’argent en ligne.

Cambodge : Mission « changer l’opinion »

Le problème pour le gouvernement est qu’il doit maintenant adopter une nouvelle politique. Elle doit être totalement opposée à ce que le pays dit depuis des années. De plus, en raison de la rapidité de cette décision soudaine, le gouvernement a dû se montrer plus critique. Davantage à l’égard de l’industrie du jeu en ligne, que s’il s’agissait d’un changement de politique progressif et bien réfléchi. Hun Sen a publiquement déclaré qu’il pensait que les jeux d’argent en ligne constituaient une menace pour la sécurité. Perturbant l’ordre social. Il souhaite un secteur du tourisme qui ne soit pas dépendant des joueurs chinois.

Cambodge-joueurs-argent-Cambodgejoueursargent

Cela serait d’autant plus difficile pour son gouvernement de rétropédaler. En dépit des suggestions de certains. Le 13 septembre, un article de la Nikkei Asian Review a jeté les bases d’un stratagème. Indiquant qu’un haut responsable cambodgien répétait que l’interdiction des jeux en ligne serait permanente. Mais des experts du marché et des investisseurs lui avaient annoncé que ce ne serait que temporaire.

En effet, la Chine s’attendait à ce que tous les gouvernements de l’Asie du Sud-Est se joignent au combat. Mais les Philippines ne sont pas allées aussi loin que Pékin l’avait espéré. En août, l’organisme de réglementation des jeux philippin a annoncé la fin des licences pour les nouveaux opérateurs de jeux. Au moins jusqu’à la fin de l’année. Mais le pays avait rejeté une interdiction absolue.

CommentAIREs (0)